media

“L’affaire Tariq Ramadan”

Déconnectons de suite la tentation : pro ou anti Ramadan, la question n’est pas celle-ci.

Deux éléments peuvent attirer l’attention dans cette affaire.

  • D’abord une tentative d’affaiblissement et de binarisation du Droit à travers une entreprise de moralisation des problématiques, et donc une tentative de dénaturation de celui-ci par les médias de masse et l’opinion, tout comme l’affaire Dupond-Moretti semble le démontrer par ailleurs.

En effet, dans “l’affaire Ramadan”, en renvoyant la présomption d’innocence à un caprice bourgeois ou un folklore juridique soumis à la « necessité » de la morale médiatique et collective, nous assistons à une conception du Droit qui va dans le sens d’une simplification dangereuse de celui-ci.

Dans l’affaire Dupond-Moretti, la complexité du Droit, aussi bien dans sa partie technique que dans sa partie philosophique (égalité de tous devant les droits) à pu aller dans un sens similaire : “le Droit oui mais subordonné à “LA morale” naturelle et essentielle.

  • Second élément qui peut attirer l’attention : la transition faite entre les accusations d’agressions sexuelles à l’encontre de Tariq Ramadan, et son “islamisme” autrefois habillement caché et désormais prouvé et visible aux yeux de tous. Le curieux parallèle interpelle.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :