La science n’est pas la vie. Elle est l’incarnation d’une pensée limitée sur la vie.

Les acteurs de la recherche en sciences sociales mais aussi les demandeurs, doivent assimiler que les sciences ne sont que des caricatures archaïques et des modélisations grossières de la “vie”.

Les productions scientifiques sont des structures grossières et figées tirées d’éléments vivants, qui eux, sont en perpétuelle adaptation et en perpétuelle évolution.

C’est ainsi que ni les voies, ni les méthodes, ni les personnes, ni les partis ne peuvent prétendre à la vérité du fait, en outre, de leur tendance à vouloir se structurer durablement.

Qui plus est, de la “vérité” ou de la “vie”, nous n’avons que des connaissances incomplètes et décomposées.

La posture scientifique exige forcement de l’humilité du fait de cette condamnation au retard, de notre course pour rester en jeu, et de cette vision défaillante.

Redwane El Bahar

Doctorant en sociologie, je mène une thèse intitulée : "radicalité, radicalisme et radicalisation en lien avec un contexte islamique en France.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :